Jonathan.Michalon.eu

$HOME de Jonathan

27 mai 2011

/dev ? OSEF !

Tout le monde connait les fichiers UNIX spéciaux placés dans l'arborescence sous /dev.

Mais que ce passe-t-il quand on les détruit (un peu par erreur…) ? RIEN ! C'est ce que je viens de tester.

En faisant le grand ménage, j'ai supprimé un vieux Debian sid sur lequel je faisais un chroot pour créer mes paquets Debian avant d'utiliser le serveur. J'ai un joli petit script qui m'y place et fait le binding de /dev de l'hôte sur /dev du chroot. Donc j'ai utilisé une dernière fois ce script pour voir si je n'avais rien à récupérer avant le grand rm -rf qui s'impose. Vous aurez tous deviné que ce rm, grâce au bind, a atteint tout le /dev du système hôte… oups ! J'ai eu quelques problèmes du style pas de /dev/null pour les scripts (dont la complétion automatique) et pas de /dev/urandom pour l'encryption pgp, mais rien de bien méchant. Pour réparer cela j'ai fait un petit MAKEDEV generic mais il m'a créé toute la panoplie, dont le plus impressionnant est sans aucun doute la série de blocs disque dur sd[a-p][1-15]. Cela ne crée cependant pas les liens comme cdrom -> sr0 etc. J'ai donc redémarré, et oh ! surprise : comme si de rien n'était. Liens, sd* et tout le reste étaient rentrés dans l'ordre. Pour en avoir le cœur net, j'ai redémarré sur mon autre système, supprimé complètement le /dev de l'autre système et toujours pas de soucis. En fait (on le voit avec les montages), /dev est entièrement en ram, dans un devtmpfs. Donc on peut faire l'imbécile autant qu'on veut ça ne survit pas à un redémarrage.

Bref, /dev sur le système de fichier ça ne sert apparemment plus à rien.

Blue Penguin Theme · Powered by Pelican · Atom Feed · Rss Feed

Copyright © 2011-2015 Jonathan Michalon. Vous pouvez réutiliser tout contenu diffusé, sauf mention spécifique.